Blog

Projet de renforcement des capacités des femmes exportatrices maliennes pour accéder au marché canadien.

Projet de renforcement des capacités des femmes exportatrices maliennes pour accéder au marché canadien.

page1image482574768

L’Ambassade de la République du Mali au Canada, Women Business Center (WBC), l’Agence pour la Promotion des Exportation (APEX Mali), l’Agence pour la Promotion des Investissement (API-Mali), Facilitation Office (TFO) Canada et le Bureau de Promotion du Commerce Canada / Trade ONU FEMMES MALI ont signé un accord financé par ce dernier pour la mise en œuvre du « Projet de renforcement des capacités des femmes exportatrices maliennes pour accéder au marché canadien.

Les femmes jouent un rôle clé dans le commerce au Mali et sont essentielles au succès du pays dans l’exploitation de son potentiel commercial. Les femmes apportent une contribution majeure au commerce en participant à la production de biens échangeables en tant que commerçantes transfrontalières et en tant que gérantes et propriétaires d’entreprises impliquées dans le commerce.

Elles sont reconnues pour créer des emplois et ajoutent de la valeur ajoutée aux exportations de manière innovante. Les micros, petites et moyennes entreprises qu’elles créent représentent le principal instrument en matière de création d’emplois pour elles.

Au Mali, en 2018, sur 11 569 entreprises créées, seulement 1 315 l’ont été par des femme. En 2019, sur 13 332, 1 795 sont des entreprises féminines, soit environ 10% des entreprises totales créées pour ces deux années. L’ONU Femmes, bureau du Mali a bâti le programme de promotion de l’entreprenariat féminin qui s’emploie à renforcer la capacité du gouvernement, des organisations d’employeurs, des syndicats et des organisations communautaires locales, à soutenir et à fournir des services aux femmes entrepreneurs qui démarrent leur entreprise ou planifient leurs croissances.

Le projet s’inscrit dans la stratégie d’atténuation de l’impact économique de la pandémie du COVID-19 sur les femmes entrepreneures et exportatrices du Mali. Il soutiendra et renforcera la résilience des femmes face à la pandémie mais également à la relance de l’économie post crise. Il vise à :

  1. Améliorer les services de soutien aux entreprises pour les femmes afin d’accroître leur capacité à exporter et à réussir sur le marché canadien, internationaux et régionaux, dans le but de promouvoir leur autonomisation économique et contribuer ainsi concrètement à la réduction de la pauvreté, à l’amélioration de leur condition de vie et à combler leurs pertes de revenus face à la pandémie.
  2. Promouvoir le développement économique et social du Mali, y compris les groupes défavorisés du pays à travers le développement des chaînes de valeur d’exportation et l’amélioration de la compétitivité.

Le projet a pour objectifs spécifiques de :

  1. Renforcer les capacités des femmes entrepreneures et des femmes exportatrices des micros, petites et moyennes entreprises du Mali à comprendre la culture et les attentes des acheteurs canadiens, en vued’accroître le volume et la qualité des exportations maliennes vers le Canada ;
  2. Fournir des informations et des conseils pertinents pour aider à préparer les exportatrices à interagir avec confiance et succès avec des acheteurs canadiens à travers la plateforme de TFO pour assurer une meilleure performance des acteurs du secteur des exportations du Mali;
  3. Former les femmes sur le cycle complet, depuis l’établissement des premiers contacts avec les acheteurs jusqu’à la conclusion des accords, le maintien de

relations commerciales à long terme afin d’accroitre la compétitivité des

femmes exportatrices du Mali;
4. Stimuler les flux d’échanges et d’exportations entre le Mali et le Canada par le

soutien aux réseaux de femmes exportatrices du Mali à travers la fourniture d’outils d’accès au marché canadien.

Projet d’assistance de cours virtuels pour assurer la continuité pédagogique à la faculté (FSEG) dans le contexte de la COVID-19 au Mali.

Projet d’assistance de cours virtuels pour assurer la continuité pédagogique à la faculté (FSEG) dans le contexte de la COVID-19 au Mali.

La Faculté des Sciences Économiques et de Gestion (FSEG) de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako (USSGB) signe avec le cabinet SG consulting et l’École de Sciences de Gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM), un projet d’assistance pour assurer la continuité pédagogique à la faculté (FSEG) sous l’impulsion de l’ambassade de la République du Mali au Canada, le leadership du Ministère de l’Éducation, du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale à ;travers le Projet d’Appui au Développement de l’Enseignement Supérieur (PADES)

financé par la Banque Mondiale.

Cette initiative d’enseignement de qualité à distance émane de professeurs de prestigieuses institutions d’enseignement supérieur au Canada témoigne de la volonté politique du gouvernement du Mali et de ses partenaires d’atténuer l’impact de la pandémie du COVID 19 sur l’éducation. L’objectif est d’établir une continuité pédagogique à travers l’enseignement à distance pendant la fermeture de la FSEG et de maintenir les services d’éducation en mettant les ressources nécessaires à la disposition des étudiants.

Dans ce cadre, l’enseignement à distance portera sur six (6) cours à savoir : les statistiques descriptives, la démographie, le marketing bancaire, la macroéconomie dynamique, la gestion des projets et les mathématiques financières.

Pour rappel, L’École des sciences de la gestion (ESG UQAM) est la plus grande école de gestion de la Francophonie avec plus de 100 000 diplômés, l’ESG-UQAM forme plus de 20 % des étudiants en gestion au Québec avec ses 300 professeurs et 300 chargés de cours. Fréquentée annuellement par près de 15 000 étudiants inscrits dans l’un de ses 70 programmes de formation, l’ESG UQAM se classe parmi les meilleures écoles et facultés de gestion au Québec, au Canada et dans le monde. Urbaine et ouverte sur le monde, elle offre un cadre de vie académique très stimulant à ses étudiants, enseignants et employés, guidée par ses valeurs managériales de responsabilité sociale et de développement durable.

En effet, dans le cadre de la lutte contre le COVID – 19, le Gouvernement du Mali avec l’appui de la Banque Mondiale à travers le Projet d’Appui au Développement de l’Enseignement Supérieur (PADES) a entrepris des mesures d’atténuation de l’impact de la pandémie sur l’éducation en établissant une continuité pédagogique à travers l’enseignement à distance. Cette stratégie a d’abord priorisé les classes se préparant aux examens et l’enseignement supérieur. Le Mali se propose de faire preuve de résilience dans le secteur de l’éducation en s’engageant dans une nouvelle phase qui consiste à investir dans l’enseignement supérieur à distance et à le renforcer dans l’avenir pour atténuer la perte d’apprentissage, mais aussi s’adapter et rentrer de plain-pied dans la transformation qui bouleverse déjà profondément les systèmes éducatifs et les milieux d’apprentissage.

La convention d’appui à la FSEG s’inscrit non seulement dans le cadre de la continuité pédagogique mais aussi, s’articule parfaitement à la répons systémique au dysfonctionnement du sous-secteur.

Cette première initiative d’enseignement de programmes canadien dans une université publique ouest-africaine en occurrence au Mali à terme, permettra de mettre en place des programmes de licence et de maitrise dans ces institutions afin que les jeunes du Mali puissent bénéficier d’enseignements de qualité ayant un fort impact sur leur éducation.

USAFrench